“L’impuissance acquise” mène au burn-out