« L’impuissance acquise » mène au burn-out