L’erreur du syndrome d’excellence